Mouvement d’humeur des chauffeurs routiers: Le président de l’OTRAF réagit

0
Image du net

L’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB) serait en mouvement d’humeur depuis ce mardi 2 avril 2019 à Ouagadougou pour réclamer le départ du président de l’Organisation des transporteurs routiers du Burkina (OTRAF). Joint au téléphone par minute.bf, Issoufou Maïga, président de l’OTRAF, rappelant qu’il n’y a pour le moment aucun mouvement du côté des transporteurs, a appelé à faire la part des choses entre les chauffeurs routiers et les transporteurs.

Issoufou Maïga, président de l’OTRAF confirme qu’il n’y a pas de mouvement d’humeur du côté des transporteurs routiers

Les grèves précédentes dans le domaine des transports qui avaient entrainé la pénurie du carburant pendant six jours au Burkina Faso avaient amener le gouvernement, après des rencontres de discussion avec les premiers responsables des organisations syndicales des transporteurs, à demander la mise en place d’une faitière des transporteurs qui regroupera environ 19 organisations en vue de faciliter les échanges. « Nous sommes sur la mise en place de cette  faitière depuis huit mois et nous sommes en train de tirer la conclusion de ce que nous avons eu comme travaux », a confié l’actuel président de l’ORAF qui a rappelé que la mise en place de cette faitière se fera sous le contrôle de l’Etat.

« Il m’est revenu qu’il y a des chauffeurs qui disent qu’ils ne sont pas contents avec la personne pressentie pour être candidat à cette faitière. Etant donné que la mise en place de la faitière n’est pas d’abord effective, je ne peux pas répondre. Mais je rappelle que c’est une affaire de transporteurs, ce n’est pas une affaire de chauffeurs », a soutenu M. Maïga.

En effet, sur les réseaux sociaux, certains médias informaient que des chauffeurs menaçaient d’aller en grève illimitée si toutefois le candidat pressenti pour être président de la faitière était retenu. Ces chauffeurs regroupés au sein de l’UCRB réclameraient donc le départ de Maïga. Une affirmation faite par Zakaria Belem de l’UCRB interrogé par certains de nos confrères sur cette situation qui pourrait inéluctablement impacter négativement l’économie du pays.

« Est-ce qu’il appartient aux chauffeurs d’indiquer qui doit être candidat dans une structure des transporteurs? Est-ce que ce sont des chauffeurs qui commandent les transporteurs? ». Autant de questions que se pose l’actuel président de l’OTRAF qui a ainsi appelé à faire la différence entre transporteurs et chauffeurs routiers.

« Zakaria Belem n’a jamais été membre exécutif du bureau de l’UCRB. Cette organisation ne fait même pas partie de la faitière. Il s’agit d’une faitière des transporteurs et non d’une faitière de chauffeurs. L’UCRB, c’est l’union des chauffeurs routiers du Burkina. De vous à moi, est-ce qu’ils ont à interférer? Qu’est ce qu’ils ont à voir dedans? (…) Je fais partie de la société comme tout le monde. J’ai le droit aussi d’animer la vie de cette société. Je ne suis pas exclu de l’animation de la vie de la société. J’en ai le droit comme tout le monde », a expliqué Issoufou Maïga.

En ce qui concerne spécifiquement les transporteurs, le président national de l’OTRAF confirme qu’il n’y a aucun mouvement d’humeur pour le moment.

Armand Kinda

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom