Revue Annuelle du PNDES: « L’économie Burkinabè est résiliente et en progrès » (Ministre de l’économie)

0

La cérémonie d’ouverture de la session ordinaire du Comité national de pilotage du Plan national de développement économique et social (PNDES) a eu lieu le 3 juillet 2020 à la salle de conférence du ministère des affaires étrangères sous la présidence du Premier ministre, chef du gouvernement, représenté par Lassané Kaboré, ministre de l’économie, des finances et du développement, par ailleurs vice-président du Comité national de Pilotage du Plan national de développement économique et social (CNP/PNDES).

« Cette cérémonie va permettre aux participants d’apprécier les performances réalisés en 2019 et cumulativement au cours des quatre premières années de mise en oeuvre du PNDES », a expliqué Lassané Kaboré à l’ouverture des travaux.

Également, « nous avons pour mission d’examiner et adopter les recommandations proposées par le Comité technique national dans le but de lever les craintes de mise en oeuvre du plan », a-t-il poursuivi avant de notifier qu’en dernière position, la session du jour va apprécier les principales conclusions de l’évaluation indépendante des trois premières années de mise en oeuvre du PNDES dont le rapport a été validé, le 29 mai 2020.

Néanmoins, il a plû au ministre de l’économie burkinabè de rappeler que le PNDES se met en place dans un contexte difficile, depuis juillet 2016. Un contexte, à l’entendre, marqué par le défi sécuritaire, la fronde sociale et la crise de la pandémie du COVID-19.

Cependant, malgré ces contraintes, Lassané Kaboré se réjouit d’un certain nombre d’acquis engrangés dans la mise en œuvre du PNDES courant l’année 2019. Il s’agit notamment de la réduction du déficit budgétaire à 3% du PIB, contre 4, 9% en 2018 et une croissance économique de 5, 7%. « L’économie Burkinabè s’est montrée résiliente et a progressé malgré les contraintes », soutient alors le ministre de l’économie.

En outre, Lassané Kaboré a quand même reconnu des insuffisances qui entâchent la mise en oeuvre du PNDES notamment la mal gouvernance. « Le rapport 2019 nous a montré des insuffisances dans la mise en œuvre du PNDES, notamment dans le secteur de la gouvernance et des améliorations à faire dans le domaine de l’éducation et de la liberté d’expression ».

Le ministre pour clore ses propos a rassuré que la présente session va également permettre la mise en place d’une feuille de route pour corriger les insuffisances du PNDES.

Hamadou Ouédraogo
Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom