Scandale « charbon fin »: Le CFOP appelle le ministre Oumarou Idani à la démission

0
413 vues

Les partis affiliés au Chef de file de l’Opposition Politique au Burkina Faso (CFOP/BF) dans leur tradition hebdomadaire étaient face à la presse ce 18 juin 2019. A l’ordre du jour, différents pans de l’actualité ont été abordés. Il était question du scandale du charbon fin, des déclarations du Ministre de la Défense en Afrique du Sud, des réfugiés internes, le dialogue politique et enfin le sondage du Présimètre. Les principaux animateurs de ce point de presse étaient Yumanli LOMPO, président du Parti national des démocrates sociaux (PNDS) et le 4e  Vice-président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), Amadou Diemdioda Dicko.

« La société IAM Gold Essakane, avec la complicité de membres du Gouvernement, a tenté d’exporter frauduleusement de l’or et d’autres biens précieux estimés à plus de 335 milliards de francs CFA », a déclaré Yumali Lompo, porte-voix du jour de l’opposition politique. Il a déploré ce « vol » qui, pour lui, « a lieu à un moment où nos braves Forces de défense et de sécurité ont besoin d’équipements, d’infrastructures et d’amélioration de leurs conditions de travail pour mieux faire face à l’insécurité ». Yumali Lompo renchérit en affirmant que jusqu’ici « le silence et la protection dont bénéficie Oumarou IDANI, ministre en charge des mines de la part du président en disent long sur ses motivations ».

« Une discorde… »

Concernant la déclaration du Ministre en charge de la Défense, Chérif SY dans un hebdomadaire sud-africain  où celui-ci qualifie « le G5  Sahel d’inutile », « doute de la motivation de la France à lutter contre le terrorisme au Sahel », « accuse les Généraux algériens d’être de connivence avec les groupes terroristes », etc., l’opposition juge cela « très grave » étant donné que cela mets « une discorde entre lui et le président du Faso ». Ainsi, Yumali LOMPO pense  qu’en « période de guerre, la discipline et la cohérence dans les actions doivent être de mise ».

Réfugiés internes, l’opposition condamne les propos du gouvernement

Aux réfugiés internes, l’opposition témoigne de sa compassion à ces Burkinabè en détresse. Par ailleurs l’opposition a « condamné » les propos des gouvernants demandant à ces réfugiés « d’aller se réfugier sur les sites de Barsalogho et de Foubé, à Sanmantenga, à quelques kilomètres des lieux que ces pauvres citoyens ont fui ». Selon l’opposition, « la localité où ils sont déjà installés n’est pas un site approprié pour les héberger ». Pour M. Lompo, cette attitude est aux antipodes de la solidarité nationale. Ainsi il invite le gouvernement « à travailler à y instaurer la paix et la sécurité afin de favoriser le retour de ces compatriotes dans leurs anciennes localités ».

Dialogue politique

Sur la question du dialogue politique, M. LOMPO  a laissé entendre que  » le MPP et sa majorité veulent que nous dialoguions  avec eux uniquement sur l’organisation des élections alors que nous estimons que le pays est en danger, et qu’il faut débattre de toutes les grandes questions touchant à la vie de la nation ». Il a terminé son propos en revenant sur le sondage mené sur la gouvernance de Roch Marc Christian Kaboré, président du Faso, dans le cadre du présimètre.

L’opposition politique, sur cette question où le président du Faso a obtenu la note de 4,72/10, estime que « cette note devrait être de loin inférieur à 4,72 ». Puisse que selon elle « il a échoué dans tous les domaines, et cet échec cuisant a ramené notre pays 40 ans en arrière ».

Elisée TAO (Stagiaire)

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom