Tabagisme : 5000 décès par an en Côte d’Ivoire contre 4 800 au Burkina Faso

0
436 vues

Le tabagisme est devenu un symbole de la modernité partout dans le monde.  « La Côte d’Ivoire de par ses analyses a enregistré cette année 5 000 personnes déclarées fumeurs de tabac », nous rapporte koaci.com. Au Burkina Faso, selon les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 4 800 personnes meurent chaque année à cause du tabagisme.

Chaque année, une journée bien spécifique est dédiée à la Journée mondiale sans Tabac (JMST), telle est une initiative de l’Organisation mondiale de la santé, pour souligner tous les risques associés au tabagisme et plaider en faveur de politiques efficaces pour réduire la consommation de tabac.

Cette journée permet d’informer et d’alerter la population ivoirienne comme burkinabè, et surtout mondiale, sur un thème particulier. Pour l’édition 2019, l’accent est mis en Côte d’Ivoire sur «le tabac et santé des poumons ». En ce jour, cela va permettre également de sensibiliser davantage sur divers sujets relatifs à la santé pulmonaire et à la lutte antitabac de manière générale. 


Par ailleurs, la consommation du tabac sous toutes ses formes est néfaste pour la santé en générale et pour les poumons en particulier. Pour bien percevoir cette dangerosité, selon les études du Dr Aka Aouélé de la Côte d’Ivoire : «  90% des cancers du poumon sont dus au tabagisme et les cancers du poumon représentent la quatrième cause de décès dans les services en Côte d’Ivoire ».


Le tabagisme, une épidémie mondiale en Côte d’Ivoire, est l’une des causes de mortalité, avec 5000 décès chaque année. Et face à ce fléau qui tue des milliers de personnes et endeuille des familles, une lutte farouche bat son plein dans le but de ratifier la Convention Cadre de l’OMS pour la Lutte Antitabac, et après quelques constats, amorcer la mise en œuvre a permis d’obtenir des résultats encourageants.


Dans le cadre de cette lutte antitabac, les défis sont immenses. « Le Gouvernement dans une déclaration en notre possession demande à la population ivoirienne de redoubler d’effort et d’ardeur pour faire reculer la consommation de tabac dans le pays », mentionne koaci.com.


Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Dr Eugène Aka Aouélé estime que : « les populations ont le devoir et la responsabilité de protéger leur santé, en particulier celle de la jeunesse qui constitue un maillon essentiel dans la perspective du développement économique et social de la Côte d’Ivoire.

Au Burkina Faso, le tabagisme est à l’origine de 4800 décès par an selon l’OMS. Les associations de lutte contre ce fléau affichent une nette satisfaction dans la lutte qu’elles mènent avec la procédure judiciaire engagée depuis 2018 contre l’industrie du tabac qui refuserait de se conformer aux lois et règlements qui régissent la commercialisation du tabac au Burkina Faso.

Elles interpellent donc l’Etat sur l’impérieuse nécessité d’amener l’industrie du tabac à se conformer aux lois et règlements qui régissent la commercialisation du tabac en procédant à l’apposition d’images d’avertissements graphiques  sur les paquets de cigarettes. Chose qui, selon l’Association Afrique contre le Tabac (ACONTA), sera un facteur de sensibilisation et permettra de réduire l’impact du tabagisme sur la santé des populations au Burkina Faso.

Chrystelle. M (Stagiaire)

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom