Tchad : Des symboles de la France saccagés par des manifestants

0
421 vues

À l’appel de la coalition Wakit Tamma, plus d’un millier de personnes sont sorties manifester ce samedi 14 mai 2022, contre la politique française au Tchad. C’est l’information que nous tenons de nos confrères de Tchad info. Une manifestation au cours de laquelle les manifestants s’en sont pris aux intérêts français.

Selon ce média tchadien, la manifestation se déroulait normalement sur un itinéraire indiqué de commun accord avec la Police nationale, mais quelques jeunes se sont déversés dans la capitale pour s’en prendre aux intérêts français.

Les stations de pompage de carburant étiquetées Total, des entreprises françaises, ont été saccagées par des jeunes très en colère ce samedi 14 mai, après la fin de la marche organisée par la coalition Wakit Tamma. « Ce sont notamment les Stations Total de Sabangali, Dembé, Double voies, N’Djari, Hamama et Palais du 15 janvier », précise Tchad info.

Sur le terrain, poursuit le journal tchadien, « l’on peut voir les cuves de pompage renversées, les tuyaux coupés, les tableaux de comptage et les vitres de certaines portes de boutiques complètement endommagés. Sur des motos, les manifestants parcourent plus rapidement les Stations Total, car pour eux, ce sont là les symboles français au Tchad. Au niveau de la Station Total du Palais du 15 Janvier, l’on constate que la situation est plus grave que dans les autres stations. Là, les jeunes ont tenté de brûler la station. Malgré la promptitude des forces de l’ordre, ils ont pu mettre le feu à la boutique qui a été éteint de justesse. Cependant, des pneus ont été brûlés, et un échange de cailloux et de gaz lacrymogène a eu lieu entre les jeunes et les forces de l’ordre, contraignant même le directeur de la Gendarmerie nationale, à faire un tour sur les grandes artères de la ville. »

Tchad info fait également constater qu’en plus des stations-service visées par les manifestants, le Lycée Fort Lamy, sur l’avenue Ngarta Tombalbaye a été aussi saccagé et quelques boutiques des particuliers dans certains quartiers de la capitale. « À Abéché, capitale de la province du Ouaddaï, c’est le consul de France qui a été saccagé par les manifestants ainsi que la stèle construite en mémoire des soldats français. »

Il faut le dire, le sentiment antipolitique française se fait véhément ressentir de plus en plus dans les pays africains. Après le Mali, le Burkina, où des populations ont appelé à une rupture d’avec la France, c’est une violente manifestation qui a eu lieu au Tchad. Cette fois dans un pays de l’Afrique Centrale. Le constat est clair, les manifestations contre la France, sa politique, se propagent de plus en plus dans les anciennes colonies françaises.

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom