Travailleurs municipaux : « Aucun moyen juridique » pour le paiement des arriérés de salaire

0

Suite aux différentes manifestations des travailleurs municipaux courant le mois d’avril, la mairie de Ouagadougou, à travers le 1er adjoint au maire, Moussa Belem a tenu une conférence de presse ce lundi 26 avril 2021. Cette conférence avait pour objectif d’apporter des précisions sur les revendications des travailleurs municipaux en ce qui concerne le paiement de leurs arriérés de salaire.

Les travailleurs municipaux de Ouagadougou, manifestent depuis le 15 mars 2021 pour réclamer leurs arriérés de salaire et aussi leur intégration dans la fonction publique territoriale, la reconstitution de leur carrière et leur affiliation à une caisse de retraite.

Suite à ces manifestations, Moussa Belem a affirmé que « depuis une vingtaine d’années, la mairie fait recours à des manœuvres occasionnels en cas de besoin pour les affecter à des tâches de salubrité, d’aménagement paysager, de travaux de bâtiment et d’hygiène publique ».

Il a donc précisé que ces travaux menés par ces occasionnels sont payés après pointage de leur présence effective chaque semaine et un récapitulatif est fait chaque mois avant le paiement.

Moussa Belem, 1er adjoint au maire de la capitale burkinabè, précise qu’il s’agit de manœuvres occasionnels qui sont payés par pointage…

« En 2020, certains d’entre eux se sont affiliés à la Confédération syndicale burkinabè (CSB) et exigent la régularisation de leur situation. Alors, un arrêt de travail illimité a été notifié à la commune par la CSB », explique Moussa Belem. Par ailleurs, il ajoute que certains se sont démarqués de la grève et ont continué à effectuer leurs tâches habituelles.

« Lesdits grévistes, après avoir fait de nombreuses démarches auprès du haut conseil pour le dialogue social (HCDS), revendiquent aujourd’hui à notre grand étonnement, non seulement la reprise de leurs anciennes activités, mais également , le paiement de leur temps d’inactivité », a confié le 1er adjoint au maire.

Ainsi, M. Belem a signifié qu’à la date d’aujourd’hui, les paiements ont été instruits, les occasionnels ayant travaillé et ayant été pointés devraient entrer en possession de leur dû. Mais, concernant les revendications de certains travailleurs, confirme Moussa Belem, « la mairie avec sa bonne volonté, respectueuse des lois et règlements, ne dispose d’aucun moyen juridique pour répondre favorablement à leurs revendications ».

Aussi, le 1er adjoint a-t-il fait savoir que l’adoption d’une loi spécifique avec le concours du Ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation est nécessaire pour augmenter la marge de manœuvre des collectivités en matière de gestion du personnel occasionnel.

Mireille Sandrine Bado
Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom