Verdict du procès CNSS: Le REN-LAC n’est pas entièrement satisfait

0

Le Réseau national de Lutte anti-corruption (REN-LAC) a tenu une conférence de presse ce jeudi 19 novembre à son siège à Ouagadougou. Les membres de la structure y ont évoqué la mal gouvernance et l’évolution judiciaire de certains dossiers comme celui du « recrutement frauduleux » à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS).

« Le REN-LAC se réjouit de cette victoire d’étape en ce qui concerne la condamnation consécutive au verdict rendu le 16 novembre 2020 au Tribunal de grande instance de Ouagadougou par rapport à l’affaire du recrutement frauduleux de la Caisse National de Sécurité Sociale (CNSS) en 2018 », a déclaré Sagado Nacanabo, Secrétaire exécutif du REN-LAC. Pour lui, il y a lieu de se réjouir même du fait que ce jugement ait pu se tenir en première instance « parce que ce n’était pas évident », a-t-il reconnu. « Des avocats même nous disaient qu’on rêvait et que ce jugement n’allait pas avoir lieu; mais le jugement a eu lieu et il y a eu des condamnations », se réjouit Sagado Nacanabo.

Des points d’insatisfaction

« Nous ne sommes pas pas entièrement satisfaits du procès au regard de certains faits qui ont émaillé son déroulement. Déjà en l’entame du procès, nous avons été déçus du fait que le dossier technique qui contenait les écoutes téléphoniques, qui contenait des preuves sérieuses pour incriminer certaines personnes n’ait pas été pris en compte comme éléments de preuve », a déploré Sagado Nacanabo.

Il a également relevé la longueur du procès qui a duré plus d’une année. « À part le procès du putsh manqué, j’ai pas souvenance qu’un procès ait autant duré. Le procès a été plusieurs fois reporté, reconduit après des vacances judiciaires jusqu’au point que l’on pense qu’on allait affecter certains juges en charge de l’affaire », a fait noter Nacanabo.

Aussi, le secrétaire exécutif du REN-LAC a pour terminer indiqué que leur satisfaction « reste tributaire de la décision du prochain tribunal (tribunal administratif) qui doit statuer sur l’annulation, ou la reprise du concours ».

Hamadou Ouédraogo
Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom